AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ing Heng Shan
Ing Heng Shan
avatar


MessageSujet: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Jeu 10 Déc - 14:51

    Bien que la neige recouvre déjà le paysage, aujourd’hui n’est point une journée fortement frigorifiant. À vrai dire, il s’agit sans doute d’une des journées les plus que la populace de Sizheng a connu en cette saison. Souhaitant alors profiter du temps de paix actuel, le général Ing prit la décision de sortir de sa demeure et d’aller sur la place publique. Pourquoi passé une si magnifique journée entre les quatre murs de la maisonnée alors qu’il fait si beau ? Surtout qu’il est fort probable qu’éventuellement le temps soit à nouveau frigorifiant… le força alors à demeurer le plus que possible dans le confort et la chaleur de son chez soi. Enfin, il n’est pas exactement du genre à ne point sortir et craindre le froid, toute fois si ce dernier est dans la possibilité d’évité d’attraper froid et risquer la fièvre… c’est fortement à son avantage. La santé est quelque chose de fortement précieux et l’hiver peut parfois se montrer très cruelle et emporter à travers la maladie nombreuse malheureuse victimes.


    Enfin, pourquoi entamer un si malheureux sujet ? Mieux vaut poursuivre en rédigeant les aventures de notre ténébreux. Prendre un simple balade pour le plaisir est une chose, toute fois celui-ci c’est aventurer sur la place et nullement ailleurs après avoir reçu précédemment des nouvelles d’un de ses proches amis, voir depuis quelques années un membre de la famille. Ce dernier est de passage afin de rendre visite à un de ses cousins et ne profite donc pour passer un peu de temps avec notre protagoniste. Lorsqu’on peut faire deux coups avec une seule pierre, pourquoi ne pas en profiter ?


    Nul besoin de faire le descriptif en détail du parcours de celui-ci jusqu’à un charmant endroit sur la place où il eut l’occasion de jouer une très brève partie de Wei-chi avec celui-ci. Autour de la plaque de jeu, les deux hommes ont eut l’occasion de discuter et de se remémorer les bons moments passés ensembles. Ce fut par moments un peu nostalgique, mais plutôt jovial dans l’ensemble. Certes le général Ing n’est point exactement le genre d’homme à rire aux éclats lors des moments coquasse du passé, mais sur son visage la joie était bien présente. D’ailleurs cette rencontre lui a permis d’avoir nombreuses nouvelles de sa grande sœur, d’ailleurs il pu apprendre par la même occasion qu’il sera prochainement un oncle, ce qui a su rendre ce dernier très fier. Certes, ce cher Wong Chen ne c’est pas privée de lui demandé pour quand est le mariage, sachant très bien que notre protagoniste a fortement de la difficulté à ce trouver une épouse – non parce qu’il n’est pas attirant, mais parce qu’il souhaite trouver une femme unique a qui il pourra donner son cœur.


    Bref, les questions de mariages ne sont point ce qui a de plus important en ce moment. Bien que leur rencontre fut plutôt brève, Ing pu tout de même obtenir une promesse de visite de la part de Wong. Ce serait un peu triste de se quitter ainsi pour ne point avoir la chance de discuter de plus en plus. Par ailleurs, il est fort probable qu’une fois la saison froide terminée, la sœur de notre protagoniste viendra à son tour mettre les pieds au sein de la capital Sizheng. Naturellement, elle ne viendra point seule, accompagné de son enfant dont le sexe est à découvrir – toute fois Wong prit pour que ce soit un fils – et de son mari. Certes le général souhaite pour Wong que son premier enfant soit un garçon, toute fois être l’oncle d’une jeune femme le remplirait autant de joie. Ce dernier n’arrive aucunement à comprendre en quoi avoir une fille est moins bien qu’un garçon. Certes pour les fermiers, avoir des garçons qui vont se transformer en homme est un atout pour une main d’œuvre plus forte et vigoureuse… et généralement la croyance dit que ce n’est que les hommes qui font en sorte qu’une lignée continue. Certes, l’enfant ne portera pas le nom de la mère, mais n’est-ce pas sont sang qui coule dans les veines de l’enfant?


    Le temps eut donc passé et puis le moment de dire au revoir est arrivé. Naturellement il y avait une certaine triste, mais le bonheur du temps passé su dominer le tout. Toute fois, ce n’est point parce que son vieille ami quitta que notre protagoniste ce mit en route vers chez lui. Bien au contraire, notre ténébreux demeura sur les lieux un instant afin de discuter, philosopher, avec les gens de l’endroit. Pourquoi un général de Sizheng discute avec la populace ? Si en ce monde il y a des gens qui peuvent bien lui partager une tranche de réalité, c’est bel et bien eux. D’ailleurs, c’est un peu pour cette raison que certains de ses confrères militaires se demande si sa prochaine vocation est celle d’un fermier ou d’un marchand. Enfin, il est encore trop jeune et vigoureux pour changer de vocation, mais qui sait ce qu’il fera plus tard…


    Avoir fait prit la décision de demeurer sur les lieux ne fut pas en vain, car à l’horizon une silhouette fortement familière se dessina. Le général Lai, comment ne point reconnaître la magnifique figure androgyne de celui-ci ! Bien qu’hétérosexuel, notre protagoniste peut tout de même avoir une opinion sur la physionomie de son confrère masculin… voir il a même le droit de trouver ce dernier sublime. Certes il ne possède aucune attirance pour celui-ci, mais doit tout de même avouer qu’il possède un grand charisme. Que fait-il dans le coin ? Est-il ivre ? Oui l’ivresse semble être depuis quelques temps être devenu une habitude pour le général Lai. Des hommes de Ing lui ont plus tôt dans la semaine reporté avoir vu le pauvre Lai ivre à Chenlan… faisant presque honte à l’armée de Sizheng. Ce genre de comportant est pour Ing plutôt inquiétant… mais souhaitant voir par lui-même ce qui ce passe chez Lai, notre ténébreux demanda aux témoins de garder le silence à propos de ce qu’ils ont vus. Il ne faudrait point que ce genre de paroles tombe dans les oreilles des membres royaux…. Lai pourrait ce faire bannir. Connaissant les capacités de Lai dans l’art de la guerre, perdre ce dernier serait une grande perte pour la nation.


    C’est donc pour cela qu’une fois la silhouette de Lai plus près de son être, Ing interpella avec élégance son confrère. Certes, n’ayant point combattu à ses côtés, il ne s’agit pas d’un frère d’armes… mais en tant que général… il s’agit d’un être qui lui est cher. N’affichant point sur son visage son inquiétude, Ing invita alors Lai à le rejoindre alors qu’on apportait le thé. Évidement, ce très cher homme avait tout les droits de refuser l’invitation… peut-être trouvait-il cela un peu disgracieux de prendre le thé ici, sur la place… mais pour Ing il s’agissait d’une occasion d’établir la discussion et entrer dans l’esprit de Lai. Que ce passe t-il avec lui ? Ses hommes ne lui aurait aucunement mentit, voir oser créer des fausses rumeurs à propos du général Lai. Peut-être ont-ils fait une erreur sur la personne ? Il est peu probable que ce soit le cas, Lai Yao Shih possède une physionomie particulière… il est difficile de le confondre avec un autre. Enfin, peut importe ce qui c’est passé, peut importe ce qui ce passe dans l’esprit de son confrère… Ing en fait son devoir d’en savoir un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lai Yao Shih
avatar


MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Jeu 10 Déc - 19:36

Yao Shih n’avait pas la moindre idée que ses frasques au village de Chenlan s’étaient rendues jusqu’aux oreilles de certains hauts placés de l’armée de Sizheng. Il le regrettait déjà assez ainsi. Toutefois, Yao Shih était en train de perdre pied. Tant la guerre lui permettait d’avoir l’esprit trop occupé pour réfléchir, tant ses nombreux temps libres étaient en train de l’achever.

S’il était en train de marcher sur la grande place, ne c’était pas par hasard. En fait, il venait de sortir de chez un apothicaire, chercher des herbes pour soigner sa servante qui était malade. Le temps froid était propice aux infections pulmonaires et la pauvre femme n’était qu’un des nombreux malades. Plusieurs avaient la goutte au nez ou étaient secoués par la toux. Yao Shih lui-même commençait tout juste à s’en remettre. C’était lui qui était tombé malade en premier et c’est en le soignant qu’elle était tombée malade à son tour. Ainsi, le général pouvait bien faire cela pour cette femme qui prenait si bien soin de lui depuis quelques années déjà. D’ailleurs, vu la situation, c’était aussi lui qui devrait préparer à manger, chose qu’il n’avait jamais faite de sa vie. Li Na lui avait assuré que c’était facile et qu’elle superviserait les opérations depuis son lit. Toutefois, vu le peu de compétence du général en la matière, le repas serait très simple : du riz avec du poisson. Il se dirigeait vers le poissonnier lorsqu’il aperçut Ing Heng Shan non loin. Malgré qu’il soit lui aussi général à Sizheng, Yao Shih ne le connaissait que très peu. Il avait entendu parler de ses exploits et ne doutait en aucun cas de ses capacités. En fait, il avait hâte au jour où ils seraient appelés à travailler ensemble. Interpellé, il s’approcha de lui.

— Bonjour

Yao Shih hésita un moment à prendre le thé avec Ing. Après tout, il devait rapporter les herbes ainsi que la nourriture pour le repas. Toutefois, il fini par accepter. Sa servante était profondément endormie lorsqu’il avait quitté la maison. Pour se remettre, elle avait besoin de repos. Il pouvait bien la laisser dormir quelques heures de plus.

— Avec plaisir.

Tandis qu’on servait le thé, il détailla brièvement l’homme qui était devenant lui. Il avait une physionomie typique des habitants de Sizheng. Fin et délicat, il était certainement plus fort qu’il ne le laissait paraître. Yao Shih avait un physique androgyne, mais il n’était pas le seul. Ing avait un petit côté féminin dans son visage, mais pas comme Yao Shih. Non, Ing restait un homme à part entière, comme Yao Shih en fait, mais vous comprenez ce que je veux dire.

Quoi qu'il en soit, Ing devrait user de beaucoup de ruse pour pouvoir tirer les vers du nez de Yao Shih. Il n’avait absolument pas l’intention de se vider le cœur à un inconnu. La tasse de thé lui réchauffa les mains. C’était agréable, car le temps était assez frais. La première gorgée lui réchauffa agréablement le corps. Il soupira de bien-être avant de planter son regard dans celui de Ing Heng Shan.

— Je n’ai pas eu l’occasion de vous voir bien souvent. Et je ne crois pas qu’on a eu la chance de travailler ensemble, mais j’ai entendu parler de vos exploits et je suis impressionné.

Un faible sourire apparu sur les lèvres de Yao Shih. Il n’avait pas l’habitude de sourire et passait pour un homme froid et solitaire, mais en compagnie des autres généraux, il se détendait un peu plus. Parler de la guerre, il adorait ça. C’est probablement une des raisons pour laquelle on tentait de l’éviter. Toujours parler de la guerre devenait vite déprimant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ing Heng Shan
Ing Heng Shan
avatar


MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Lun 14 Déc - 3:58

    Calment assit, le général Ing nota que l’air environnant ce faisait progressivement de plus en plus frais alors que le temps passait devant ses yeux. Un petit verre en porcelaine renfermant la miraculeuse chaleur du thé était entre les doigts de notre ténébreux alors que la silhouette de son congénère se glissait magistralement vers sa personne. Le silence demeura donc installé entre les deux hommes, du moins jusqu’à ce que dès lèvres du général Lai soient murmurés quelques paroles. Le voilà qu’il faisait les éloges de notre ténébreux… enfin il est sans doute agréable pour celui-ci d’entendre d’un de ses confrères militaires que sa réputation n’est pas celle d’un jeune abrutit à la tête d’une armée. Cependant, Ing ne lui fit pas offre d’une réplique verbal dès la fin du bref discours ; ce dernier ce contenta de répondre aux léger sourire par un tout aussi léger puis prit un gorgé de thé. Le liquide encore chaud lui glissa le long de la gorge, le réchauffant un peu. Une fois le geste exécuté avec grâce et distinction, il déposa l’objet de porcelaine sur la table afin d’offrir cette fois-ci quelques paroles à son vis-à-vis.

    -Cela est un honneur pour ma personne de voir que j’ai bonne réputation… j’ai moi-même entendu nombreuses rumeurs à votre sujet général Lai…

    Le petit sourire sur ses lèvres démontrait clairement qu’il eut entendu quelques récits des aventures et exploits de son confrère général de Sizheng – toute fois ses prouesses ne sont malheureusement point les seuls ouï-dire qui sont parvenues jusqu’à ses oreilles. Cependant, sachant faire preuve de tac, il n’osera point mentionner avec des paroles directes et crues les rumeurs de beuveries à Chenlan. D’ailleurs, un endroit public où les oreilles indiscrètes portent divers déguisement, mieux vaut ne point aborder un sujet pouvant mettre en jeu la réputation d’un général du pays. Imaginez ce qu’une telle information pourrait faire en plus haut lieu ? Voir ce que ces rumeurs pourraient apporter pour le pays de Funan. D’ailleurs, rien ne fut confirmé si vous voulez l’avis d’Ing. Ces hommes ont certes dit avoir vu ce très cher général Lai ivre à Chenlan… mais puisqu’ils ne sont pas ses prunelles et qu’il est possible qu’eux aussi avaient lors de leur voyage dans la citée bu quelques verres de trop… les rumeurs rapportés ne doivent pas être vues comme étant des faits.

    Afin d’obtenir l’information rechercher… mieux vaut passer par un tout autre chemin que la voie la plus direct : soit simplement lui demandé si cette rumeur est véridique. Un général tenant à ne point perdre son honneur cherchera sans doute à camoufler ce triste fait s’il s’avère qu’il est vrai… donc simplement demander « mon cher Lai… est-ce vrai que vous étiez très ivre à Chenlan il y a quelques temps ? », n’est point la meilleure solution. Mieux vaut débuter par une simple discussion, apprendre à le connaître davantage… et qui sait se rapprocher un peu de celui-ci. Enfin, le fait qu’ils soient à présent en tête à tête sur la place va sans doute fortement aider les deux hommes à faire de plus ample connaissance. Pourquoi ne pas simplement débuter par des questions typiques…

    -Alors comment allez-vous ?

    Très simple… savoir l’état d’esprit de son interlocuteur est généralement une très bonne chose et si ce dernier est honnête. À une question aussi banale, pourquoi mentir ? Afin de ne pas paraître faible lors des moments où l’âme se sens comme l’automne ? Certains vont masquer cette saison avec l’hiver ou l’été, mais généralement le meilleur remède est le printemps*. Quel est sa saison ? Certes rumeurs cours qu’il serait lui aussi un être plutôt hivernal, voir un peu automne dans son attitude. Non qu’il soit constamment mélancolique, mais que sa façon d’être affecte les gens autours de lui et les rend un peu plus triste. Enfin, cela ne sont que des rumeurs… un homme a bien le droit de parler de guerre… surtout lorsqu’il est un général, mais il est vrai qu’à la longue cela peut être dur sur le morale. Lors des premiers mois, les troupes sont fortes, mais au fil des saisons ce qu’un homme désir généralement est de rentrer chez lui auprès des êtres qui lui sont chers. Pour qui Ing revient-il à la maison ? Lui qui n’a point de femme, ni de progéniture ? Simplement pour le parfum qui l’entour… cette douceur qui ce loge dans ses narines.

    Enfin… il apprendra à le connaître au fil d’une discussion… par ses gestes, ses réactions, sa façon de s’exprimer. C’est sans doute une vilaine manie qu’il possède d’analyser les gens qui l’entour… mais les vieilles habitudes meurent difficilement. Il est possible que cette conversation finissent par une invitation afin qu’éventuellement le général Lai visite notre protagoniste dans sa demeure. Un échange plus privé, plus intimes – non celles d’amants bien entendu. Ainsi il pourra possiblement en savoir plus à propos des rumeurs en provenance de Chenlan… aujourd’hui n’est pas le jour où la vérité sera révélée.


[* - référence aux quatre saisons comme étant des états d’esprits différents]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lai Yao Shih
avatar


MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Lun 14 Déc - 18:11

Des rumeurs… Les exploits de Yao Shih n’étaient pas que de simples rumeurs. Ils étaient fondés. Les soldats qui avaient combattu à ses côtés étaient tous des témoins vivants de la fureur du général sur le champ de bataille. Il ne voulait pas se vanter, ce n’était pas son genre. Toutefois, il était toujours ravi d’entendre des commentaires sur ses performances. Ça lui donnait l’impression de ne pas faire tout cela pour rien, à défaut d’y laisser la peau en combattant comme il le souhaitait depuis si longtemps. Il vit le petit sourire s’afficher sur le visage de son confrère. Ça en disait assez long sur ce qu’il pensait de Yao Shih. Ce dernier sourit à son tour brièvement pour lui montrer qu’il avait bien compris. Il ne vint pas à l’esprit du général que les rumeurs qui circulaient à son sujet n’étaient pas toutes aussi reluisantes qu’il l’imaginât. Il ne se mêlait pas assez au monde pour suivre les petits potins qui pouvaient courir à son sujet. De toute façon, il s’en moquait. On pouvait bien penser ce que l’on voulait de lui. Ses exploits faisaient de lui quelqu’un de pratiquement intouchable. Jamais il ne viendrait à l’esprit de la reine de se défaire de Yao Shih alors qu’il est aussi efficace sur un champ de bataille. Évidemment, ce n’est pas pour autant qu’il se permettait de faire n’importe quoi. Toutefois, depuis quelque temps, il avait l’impression de perdre pied. La guerre était la seule chose qui occupait suffisamment son esprit pour l’empêcher de trop réfléchir.

Il but quelques gorgées supplémentaires de thé. Comme il affectionnait cette boisson. Évidemment, il n’aimait pas toutes les sortes de thé, mais sa servante Li Na savait exactement quoi lui préparer pour lui faire plaisir. Le thé lui réchauffait le corps, mais pas le cœur. Pendant un bref instant alors qu’il fixait le liquide encore fumant, il espérait qu’un tel miracle puisse exister. Il se battait contre la vie et la mort depuis trop longtemps. C’était si épuisant qu’il envisageait d’utiliser la voie facile… Non! Il devait s’enlever ça de l’esprit. Il était fort. Il pouvait encore tenir. Sa main se crispa légèrement sur sa tasse. Yao Shih n’était pas un faible et il allait certainement atteindre son but.

Il fut tiré de ses pensées par la question d’Ing. Yao Shih fronça les sourcils. C’était si trivial comme question et du point de vue du général, vraiment stupide. Il n’essayait quand même pas de l’attirer dans une conversation! Yao Shih était peu doué pour ce genre de chose et il n’avait pas beaucoup de temps devant lui. Toutefois, se défiler n’était pas une bonne idée. Sans vraiment cacher son agacement, il consentit à répondre.

— Je vais bien, merci. Et vous?

ING devrait user de plus d’imagination pour le faire parler. Il n’était pas du genre à parler de ses petits problèmes quotidiens comme le rhume qu’il venait de guérir ou le fait qu’il devrait préparer les repas pour les prochains jours. Non, ce genre de détails n’intéressait personne. Ça n’intéressait même pas Yao Shih lui-même. Il n’avait pas envie d’étaler sa vie devant le premier venu. Déjà, qu’il avait accepté de revoir Wei Su! Qu’est-ce qu’il lui avait prit de décider cela. Ce petit emmerdeur n’avait fait que de lui attirer des ennuis. Non, ce n’est pas vrai… Yao Shih était la source de tous les ennuis. Wei Su avait mis en péril sa propre réputation pour l’aider. Il soupira… Soupir interrompu par une légère quinte de toux qui le secoua pendant un moment. Il se racla la gorge et but une gorgée de thé.

— Désolé, un coup de froid…

Il haussa les épaules et demanda qu’on lui serve à nouveau du thé. Au moins, il n’avait toujours pas l’intention de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ing Heng Shan
Ing Heng Shan
avatar


MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Lun 4 Jan - 0:41

    Le temps devenu tranquillement plus frais, Ing était bien conscient que cette conversation ne pouvait s’éternisé… enfin une conversation, si ont pouvait définir le bref échange verbale entre les deux personnages comme étant une conversation. Il écouta la réponse plutôt sèche de Lai sans réagir, il faut croire qu’il n’est pas non plus le genre d’homme à faire la conversation sur les banalités de la vie. Enfin ce n’est pas comme si échanger sur de longs sujets passionnant est le but premier de notre ténébreux, celui-ci cherche tout simplement à éventuellement inviter son confrère en sa demeure afin de pouvoir apprendre à le découvrir et en savoir un peu plus sur les rumeurs qui circulent. Habituellement Ing n’est point du genre à se préoccuper des rumeurs à propos d’autrui, toute fois ce que ses hommes lui ont rapporté à propos de ce très cher Lai a fait en sorte qu’il se sent obliger d’agir. Si les rumeurs étaient fondées… cela pourrait éventuellement causer de nombreux ennuis au sein de l’armée de Sizheng. Enfin, mieux vaut donner la réplique à la question qui lui fut retourné par politesse.

    -Je me porte bien malgré le temps…

    Il est vrai que dernièrement le temps fut un peu plus difficile. C’est lorsqu’il y a des périodes du genre que notre protagoniste se sens davantage fortuné de ne point être né parmi la classe paysanne. Certes, sachant qu’il n’est point facile pour eux de passer l’hiver, notre ténébreux est un peu attrister de savoir que quelque uns ne vont point pouvoir admirer les teintes du printemps une fois de plus. Bref, buvant son thé silencieusement, observant autant le décor que son vis-à-vis, Ing songeait à comment aborder la suite. Les deux hommes pourraient sans doute simplement demeurer ainsi, silencieux à contempler le paysage hivernal de la cité, cependant si Ing souhaite en savoir un peu plus à propos des rumeurs de Chenlan… mieux vaut poursuivre la conversation, mais comment ? Sans doute se diriger vers une éventuelle invitation est la meilleure voie à emprunter… toute fois ne possédant point de cartes verbales menant vers cette route, le général doit songer à ses prochaines paroles.

    D’ailleurs, il ne peut se permettre de s’attarder trop, car bien que le thé lui soit chaud, l’air devient de plus en plus frisquet alors que le cercle de feu termine tranquillement sont parcours céleste. Mieux vaut très bientôt envoyer l’invitation… surtout que son vis-à-vis vient de lui démontrer signe d’un « coup de froid ». Certes, Lai n’affichait pas l’intention de quitter les lieux, mais lorsque les prunelles de notre protagoniste ont croisés la silhouette de son confrère, celui-ci pu noter qu’il sembla un peu pressé dans ses gestes. Il est possible qu’il s’agit de quelque chose de naturel chez ce dernier et qu’Ing se trompe complètement aussi, enfin il faut dire qu’il ne fit aucunement mention d’une urgence. Portant une dernière fois le contenant de porcelaine à ses lèvres afin d’y soustraire une dernière délicieuse gorgé de thé, Ing posa ensuite le tout sur la table et puis reprit sa « discussion » avec son vis-à-vis.

    -Il est vrai que le temps ce fait de plus en plus froid… pardonnez moi si je vous retiens ici général Lai… peut-être préfériez vous poursuivre cet entretient en d’autres lieux autour d’une partie de Wéiqí ?

    D’accord, ce n’est pas très discret, mais peut-être qu’il acceptera l’invitation. Rien de plus cordial et commun qu’une partie de Wéiqí, en plus bien que nombreux considère le tout comme étant un simple jeu, un peu bête, il s’agit tout de même de quelque chose qui fait travailler l’esprit et le côté stratégique des gens ! Ce n’est pas un petit jeu aussi simple que pierre papier ciseau ou le tout reflète plus de la chance et des probabilités. Bref, nullement besoin de continuer les explications sur le bien fait de ce jeu, mieux vaut ce concentrer sur le présent. Le un peu placide, Ing attendait patiemment une quelconque réponse du général Lai. Soit il accepte, soit il décline l’invitation… mais dans les deux cas notre ténébreux devra éventuellement se renseigner sur les rumeurs en provenances de Chenlan… surtout que semblerait-il que le général n’était point seul… qui fut donc sont compagnon ? Peut-être un simple ami, un membre de la famille… jamais Ing osera suspecter Lai d’être un traître… cet homme est trop respectable pour cela ! C’est plutôt à propos du comportement qui lui fut reporté… enfin l’avenir nous révèlera sans doute un peu plus d’information à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lai Yao Shih
avatar


MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   Sam 9 Jan - 16:04

Yao Shih espérait le retour du printemps le plus vite possible. Il détestait profondément l’hiver, le temps froid et tout ce qui venait avec. Il avait l’impression que le vent traversait ses os malgré les nombreuses couches de vêtements qu’il pouvait enfiler. C’était à cause de l’humidité. Comme Sizheng était situé près de l’océan, l’air était plus humide qu’ailleurs. Par temps froid, ça devient une vraie plaie. Pourtant, un homme aussi froid devrait se complaire durant la saison morte. En plus, il était sensible aux coups de froid. Chaque saison hivernale, il tombait malade. Son nez coulait, il avait mal à la gorge et faisait aussi un peu de fièvre. Il devenait encore moins patient qu’à l’habitude. Pourtant, Yao Shih n’était pas autant vulnérable à la maladie durant le restant de l’année. Non, rien à faire, il n’aimait pas l’hiver.

L’idée de rester enfermé chez lui jusqu’au retour de température plus clémente était vraiment séduisante, mais ça lui était impossible. Yao Shih avait de nombreuses responsabilités en tant que général et en plus, il avait promis à Wei Su de le retrouver à Chenlan bientôt. Il ne l’avait pas revu depuis son dernier séjour qui remontait déjà à quelques semaines. Il avait été très clair en laissant Wei Su : il lui était impossible de faire sans arrêt les allers-retours entre chez lui et le village. Il avait de nombreuses responsabilités qui le retenaient. Toutefois, ils avaient fixé une date, une date qui approchait à grands pas. Yao Shih lui avait promis d’y être, mais que si quelque chose devait le retenir ailleurs, il ferait parvenir un message à sa mère.

Yao Shih avait peur de revoir Su. Il craignait les conséquences de cette relation, de la possibilité qu’elle se termine mal. Le général ne savait rien du royaume d’allégeance de Su, mais il pensait plutôt à la fin tragique de sa relation avec Bing Qing. Ses sentiments pour Su étaient encore incertains, mais il pouvait affirmer qu’il lui plaisait. Su avait cette innocence doublée d’une force incroyable. Wei Su avait prouvé à Yao qu’il pourrait endurer beaucoup de choses avant de flancher, mais en même temps, il se laissait émerveiller comme un enfant. Bref, il était trop mignon parfois, surtout quand il rougissait. Là, Yao Shih ne pouvait s’empêcher de le provoquer traitreusement.

Voilà que ses pensées divaguaient. Yao étaient maintenant plonger dans une sorte de contemplation de sa tasse de thé maintenant vide. Apparemment, ce qu’il avait à l’esprit lui plaisait, car un vague sourire teintait les lèvres du général. C’était plutôt rare de voir une telle expression sur le visage de Yao Shih. Ce dernier devrait faire plus attention, car il était en train de se trahir. Il fut tiré de ses rêveries par la voix d’Heng Shan qu’il avait complètement oublié. Ne soit pas vexé Heng Shan, il n’est pas dans son état normal.

— Je déteste l’hiver.

Ce fut sa seule réponse lorsque Heng Sang lui parla du temps. Ça résumait assez bien sa pensée et ses sentiments profonds sur la présente saison. L’effet réconfortant du thé commençait à battre en retraite devant le froid pénétrant. Yao Shih frissonnait légèrement. C’est pourquoi, lorsque son confrère lui proposa de poursuivre cette discussion ailleurs, il acquiesça aussitôt.

— Un endroit avec un bon feu de préférence.

Yao Shih se levait déjà debout, prêt à suivre Heng Shan n’importe où à condition que ce soit un endroit chaud. Toutefois, s’il avait su que cette discussion avait un but beaucoup moins trivial, il aurait aussitôt décliné l’invitation et serait parti se réfugier chez lui. Il ne voulait pas mettre Su dans une position délicate, mais d’un autre côté, Yao Shih n’avait aucune idée sur le fait qu’il était aussi dans une position très précaire. Pire que ça, il fréquentait l’ennemie qu’il s’était juré d’éliminer. Pour l’instant, Yao prenait pour acquis qu’il était un sans allégeance qui avait du sang de Sizheng de par sa mère, une ancienne femme respectable de la cour. Toutefois, Yao Shih ne le savait pas encore, mais il serait bientôt capable de renier son propre sang pour Su.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une fois des rumeurs... [PV Lai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Capitale de Sizheng :: Lieux importants :: Place-