AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yīng Feng

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yīng Feng
avatar


MessageSujet: Yīng Feng   Jeu 24 Déc - 2:05

.Identité


♦️ Nom : Yīng
♦️ Prénom : Feng
♦️ Surnom :
* En tant que fille de joie : Plus connue sous le nom de Fēi Mó (comprendre : Princesse aux yeux magnifiques)
* En tant qu'assassin : Plus connue sous le nom de Phoenix ardent. (ou Feng pour ceux qui on l'honneur de mourir par sa lame.)
♦️ Âge : 19ans
♦️ Préférence sexuelle Volage et libre plus que libertine.
♦️ Royaume d'allégeance : Sans allégeance. Sans maître. Sans chaîne.

♦️ Profession : Assassin, sous couverture de fille de joie.


.En détail

♦️ Description physique :

Ce qu'en disent les filles de la maison close : "Mo ? Dites donc vous en posez des questions idiotes vous autres ! Vous ne devez pas l'avoir croisée si vous demandez à quoi elle ressemble. Par où commencer.. Disons par le corps. Ah ! A se damné messieurs ! Quel délice, ses jambes longues comme on en connait que peu dans nos contrées, des hanches comme des coupelles du saint Dragon et une poitrine.. "Volumineuse" ? Voyons messieurs vous êtes bien vulgaires de parler de la parure d'une Dame à la manière d'un gros livre ! Tenez vous un peu, si sa poitrine est belle à regarder et certainement bien agréable en main, elle convient à une Dame sans alourdir sa silhouette. "Comment je sais tout ca" ? Mais.. mais.. oh je vous prie ! Ne dite jamais à la Princesse que j'ai pu la regarder en son bain ! "Ou bien" ? Ou bien je vous interdit l'entrée à notre maison ! Ah, je vois que vous redevenez raisonnables, bien, bien, poursuivons. Car si son corps est un bouquet pour lequel les rois rêveraient de céder leur trône au premier venu pour avoir ne serait ce qu'une chance de toucher à la tendresse de la Dame mais il est chose plus gracieuse encore... Un ange, une fille bénie des deux Dragons, comment sinon pourrait elle avoir un visage si charmant ? Encadré délicieusement par une chevelure blanche, pas étincelante, pas clinquante mais d'une beauté paisible comme l'est son minois. Je vous le dis.. si je n'étais pas si attachée à la gente masculine.. il y a bien longtemps que j'aurais tentée de capturer cette fleur impétueuse et délicate. Si je pouvais connaitre seulement une des douceurs qu'elle peut bien procurer à ses clients.. je crois que j'en aurais assez de la vie, que rien ne m'importerais plus dans ce monde que le souvenir de ses lèvres, de ses yeux. Non messieurs.. je ne vous parlerais pas des yeux qui font le nom de cette Dame. Je ne peux en parler, personne ne le pourrait, on ne peut, même à force de descriptions, épuisé l'exquise sensation qui vous envahit lorsque son regard se porte sur vous. Elle vous couve, vous enveloppe d'une irrésistible sensation d'être quelqu'un d'unique, d'être enfin quelque chose dans ce monde, et vous vous laisseriez mourir de gratitude pour que jamais elle ne détache son regard de vous. Mais.. ceci est une expérience si mystérieuse.. si vous voulez vraiment savoir, alors attelez vous à la tâche bien ardue de devenir un des rares qui parviennent jusqu'à sa chambre et peuvent ainsi observer ses yeux merveilleux de plus près."

Ce qu'en dit un des témoins bien informé de Funan, à propos du Phoenix ardent : "Un monstre ! Un gros chat roux avec des ailes en feux, des griffes aussi longues que des dagues, terrifiant ! Il se déplace a la vitesse du Dragon de Funan et est agile comme un félin. Il crache le feu ! Si, je vous assure !! Ce doit être une créature des abîmes que nous à envoyé le grand Dragon des montagnes pour nous punir des messes basses de quelques êtres mal intentionné. Ou alors c'est notre Seigneur qui fait ainsi éliminer les traitres. Si c'est l'assassin dont on parle à Sizheng ? Alors ca c'est bien possible mon brave, que ce serait celui là qui fait tant d'ennui que ca m'étonnerais pas, mais jusque là, la seul chose qu'on est comme indice sur lui c'est qu'il ressemble à un oiseau de feu. Alors bon, c'est un peu mince pour coincer ce sacré semeur de trouble !"

Ce qu'en pense le miroir de Yīng Feng :

Ma maîtresse est un charme indomptable, qu'elle soit sans artifice :
Ou bien qu'elle se transforme aux goût des autres :
"Le maquillage est un culte à mystère.. "


♦️ Description psychologique : Ah ! Attaquons nous aux choses sérieuses, est ce donc que la petite est schizophrène ? Et bien.. non. Ah je vous déçois je le sens bien. Voyez m'en bien désolée mais, non et non. Elle ne souffre d'aucun trouble de l'identité bien qu'on puisse lui trouver d'autres traits prônant en elle une certaine marque de folie. Elle est douce concubine le jour et froide meurtrière le soir venu. Il faut dire que ce n'est ni très commun, ni trop recommandable ! Douce et tendre elle est une des filles les plus prisée de la maison close de Funan et pourtant, peu arrivent à l'approcher. C'est qu'on ne s'approprie pas comme ça les grâces et les gourmandises d'une Dame, quand bien même elle serait en maison close. C'est une perle rare et comme toute perle rare elle coûte excessivement cher. Et oui ce n'est pas donné de s'évader entre les bras délicats de cette maîtresse des rêveries. Rêveries ais je dis ? N'est il pas le rêve de tous que de trouver la liberté entre les chaînes même d'un corps. Mais si la Dame connait fort bien sa valeur elle n'en tire aucun orgueil et c'est là bien un de ses charmes, toujours douce même lorsqu'il s'agit de repousser une proposition. On ne lui tient pas tête, on ne voudrais pas perdre de crédit auprès d'une telle demoiselle. Mais s'il faut se faire entendre elle n'hésitera pas à hausser le ton et vous giflera d'une remarque acide. Il ne serait jamais dans les ambitions d'un être raisonnable que de s'attirer les foudres de la "princesse". Bien qu'elle soit arrivée il y a peu à la maison close on sait déjà que la mère supérieure ne laissera personne lever la voix, et encore moins la main sur sa petite nouvelle. N'ayant pas encore reçut d'amants à Funan elle ne connait que peu les gens de la ville mais les gens de la ville eux.. la reconnaisse déjà. Il faut dire que la Dame à un caractère bien trempé et aussi une robe des plus majestueuse pour ne pas dire imposante (ou plus encore, encombrante !). Elle n'a pas la langue dans sa poche, et si elle connait les usages par coeur et ne laissera jamais échapper une parole de trop elle connait parfaitement ses droits et n'hésitera pas à les faire connaître. Cependant elle sera toujours d'une charmante compagnie, cultivée, mélodieuse chanteuse, habile musicienne elle est experte dans l'art de manier la harpe. On viendra bientôt de tout Funan et le Sizheng se mordra les doigts en entendant raconté les musiques de la Belle.

Mais.. n'oublions nous pas quelque chose ? Oh.. ne serait ce pas.. une mèche enflammée ?

Sortie de sa maison close, le chat qui s'évade par la fenêtre.. ne ressemble t-il pas étrangement à un oiseau de feu ? Par les Dragon ! Vous n'allez pas me dire que vous aviez déjà oublié ? Vous êtes bien faciles à dupés, la douce créature qu'est Fei Mo n'est qu'un doux songe. Sous cette illusion des plus assurée (vous pourrez toujours tirer sur sa perruque blanche vous n'arriverez jamais à la décrocher, par contre la Dame vous décochera bien deux claques) se cache une demoiselle bien autre. Loin des fanfreluches et des rubans encombrants de la concubine, sortie de son costume, la comédienne se révèle. Froide meurtrière elle exécute ses contrats avec un talent des plus remarquable, elle ne laisse aucune trace derrière son passage. Méthodique et sûr d'elle, elle ne connait jamais aucune erreur, et si cela devait arrivée elle serait prompt à la réparée. Très dynamique, presque autant qu'intelligente, elle est stratège de haut rang dans le meurtre de première classe. Elle ne s'occupe pas de savoir qui elle vise, elle fait ce qu'elle a à faire. Elle ne connait aucune loi sinon celle à l'origine de l'Univers et de sa vie : le chaos. Mais le chaos avec ordre et art. Elle ne fera jamais dans le sanglant et l'effusion, il faut savoir faire son dessein avec discrétion et précision, rien ne sert de faire plus de bruit. Elle ne cherche aucune reconnaissance, aucune gloire, dans l'ombre la plus obscure elle est loyale envers ses convictions. Si elle ne cherche pas à savoir qui se trouvera au bout de sa lame c'est qu'elle ne veut pas entendre parler de bien ou de mal, le bien et le mal n'existe que pour ceux qui peuvent se payer ce luxe. Dans la vie, c'est soit tu es fort, soit tu es mort. Les nobles peuvent bien se gaver de moral, au bout d'une lame, la vie a le même prix pour tous.


♦️ Histoire :

Elle balance, elle tourne, elle danse... la dague aux bouts des doigts d'une fillette aux pieds agiles, perchée tout en haut d'un poteau de bois, ses grands yeux fixés sur ceux qui en bas crient tous en coeur :


Descend de la salle petite akuma !


La fillette aux cheveux de braises ardentes ouvre grand la bouche et grogne comme un animal, la lèvre relevée sur des canines longues. Et oui quand on ne mange, ne déchire, n'arrache, ne coupe qu'avec ses petites dents, elles finissent par s'adapter. Quelques femmes détournent la tête avec un petit glapissement. Les hommes eux s'excitent, lèvent bien haut leurs piques et leurs fourches alors que l'un d'eux qui s'était écarté revient avec une hache et tout en courant vers le poteau hurle :


Tu vas le payer petite garce !


La lame s'enfonce profondément dans le bois, le poteau penche soudain, le perchoir s'affaisse lourdement, mais bien avant qu'il ne touche le sol, la petite furie à sautée et s'en va en courant. La horde de chiens.. hum.. d'homme éméchés la poursuit bientôt. Ce qu'elle à bien pu faire ? Pas grand chose.. volée quelques poules, pillée quelques étals, arrachée quelques marchandises, causée multitudes d'ennuis aux habitants des abords de la capitale de Sizheng. La où en période de guerre les tignasses aux couleurs de Funan ne sont pas bien vu, la fillette qui ne doit pas avoir plus de sept printemps s'est attirée bien des soucis.

Mais.. ce n'est pas le premier village qu'elle dévalise ainsi. Pas la première fois qu'on lui courrait après comme en témoigne l'essoufflement général dans les rangs de ses poursuivants. Elle, elle file, aussi vive, aussi rapide que le vent, elle semble même volée au dessus de la terre, trop légère portée par le souffle des arbres proches maintenant. Une fois la lisière franchit, les hommes s'arrêtent, ils savent qu'il est trop tard, les bois sont le domaine de la petite démone et rien ne pourrait l'en déloger. A moins de faire brûler les arbres.. Hm.. peu raisonnable pour juste capturée une petite fille. Alors on laisse courir le feu follet, on laisse fuir la fillette qui s'en va voir autre part, seule, pieds nus sur les chemins menant à un autre village, à un autre besoin de survie.

Parce que rien n'est plus cher que la vie aux yeux de ceux qui n'ont pas le sou.

Dire d'où est ce qu'elle vient, elle en serait bien incapable, elle est une parmi des milliers, une parmi tant d'autres orphelins de guerre. Elle ne se souvient pas de son père, un peu de sa mère, une femme qui recevait bien trop d'homme chez elle pour être très vertueuse, elle était partie un jour.. qui sait, en avait elle mare de nourrir cette bouche de cinq an ou alors elle était partie se battre.. après tout le futur nous montrera bien qu'être concubine et savoir maîtriser les armes n'étaient pas antithétique. Il n'en reste que deux ans plus tard, la gamine des rues ne savaient pas si elle était née à Funan ou à Sizheng, sa mère n'avait jamais tenue en place.. elle tenait surement que cela d'elle mais c'était un véritable point commun. L'enfant n'avait cessée de vagabonder, alors.. si elle avait un jour vécue dans la montagne ce n'était pas une hypothèse à écartée.

La vie passe vite.. et il faut grandir vite dans la rue. Savoir plus vite encore se défendre des loups, des loups de la faim, des loups de la violence et des loups pis encore. Prendre les armes comme un animal se fait les griffes et apprendre à courir. Fuir ! Par le Dragon quelle lâcheté ! Seuls ceux qui ne connaissent pas la faim peuvent penser ainsi. La jeune fille eut vite fait de comprendre que pour survivre il fallait se débarrasser du superficiel, l'orgueil en faisait partie. Il n'y a pas de lâcheté à vouloir vivre. Alors que les nobles, du haut de leurs tours d'ivoire et de Babylone lui pardonne ou non, elle fuyait, elle se battait, s'écorchait et faisait honte à son sexe autant qu'honneur à l'animalité de l'humanité. Elle finit par devenir une vrai jeune fille, fréquentant les fripouilles de la pire espèce, pas vraiment des amis.. juste des gens qui voulaient comme elle.. survivre. Alors les regards des Dames, elle n'en avait que faire. Du moins.. jusqu'à ce qu'elle soit un peu plus mature et qu'elle voit ce que pouvait lui rapporter le fait d'être une femme.

Crapule discrète mais travailleuse elle se fit un petit nom chez les fripouilles et on commença à lui confier des tâches plus.. sanglantes. Avec cela vint des sommes bien plus grandes d'argent. La vie à un prix chez ceux qui cherche la mort.. Cela rapportait bien plus que tout les vols en tout cas, il serait plus aisée de vivre à présent. Du moins.. c'est ce que se disait la demoiselle. Jusqu'à ce qu'une de ses proies ne soit pas aussi docile que les autres et faillisse lui arracher la vie. Blessée, la jeune fille apprit. Apprit qu'il fallait encore se battre.. se battre pour survivre à nouveau. Elle s'entraina. Jour après jour. C'était ce qu'elle faisait depuis ses cinq ans certes mais désormais il fallait faire de sa maîtrise des armes un art meurtrier et précis. Habile de ses mains et acharnée, l'adolescente finit par devenir une véritable assassin. Otez la vie ne lui posait pas de problème.. la vie c'est comme une boite de chocolat.. quand vient son tour de l'ouvrir il n'y a déjà plus rien dedans. Mais avec sa renommée grandissante, il lui fallu très vite apprendre à se cacher.

C'est alors qu'elle se rappela des regards hautains des Dames de la cour qu'elle avait souvent croisée au bras de galants hommes.. Voila qui n'était pas si vilain que cela. Elle alla s'amuser un peu au moins. Oui cela devait être drôle, petite meurtrière deviendrait grande Dame aux yeux des ignorants. Ainsi elle mit quelques sous de côté pour sa couverture, se fit un petit nom à Sizheng en tant que demoiselle de compagnie, acheta une toilette plus somptueuse et se mit en tête de partir à Funan. Elle y avait déjà accomplie plusieurs contrats durant la guerre, maintenant que les deux pays étaient en paix il valait mieux pour elle aller à la maison close de Funan. Entre temps, curieuse à tout les arts elle apprit l'art du chant, de la musique, se spécialisant dans le maniement de la harpe mais aussi elle eut l'occasion de maîtriser l'art délicat des cracheurs de feu, un art qui lui valu bientôt le surnom de "Phoenix ardent". A cause de sa chevelure d'abord, la seule chose qu'un témoin puisse voir (et encore..) et d'une illusion toute physique qu'elle utilise à chaque fois qu'elle sent qu'un témoin se trouve à proximité. Rien ne sert d'exécuter ceux qui ne sont pas dans son contrats. Autant les laisser croire qu'ils ont vu un démon. Quand à la princesse au merveilleux regard.. c'est à la gérante de la maison clause qu'on le doit. Cette femme à un don certain pour trouver des noms à ses protégées.

Princesse des menteuses le jour,
Phoenix meurtrier la nuit..

Une question persiste..

Quand dort elle ?





(tadadam... vous le saurez dans le prochain épisode de La Petite Tueuse des Deux royaumes !)





♦️ A savoir :


.Divers

♦️ Avez-vous lu le règlement ? Code validé par Zaizy
♦️ Commentaires divers :
Hm.. je suis gentille en vrai ! Very Happy
Avatar by Feimo


Dernière édition par Yīng Feng le Jeu 24 Déc - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lu Zaizhuan
Lu Zaizhuan
avatar


MessageSujet: Re: Yīng Feng   Jeu 24 Déc - 12:55

Petite question. Concubine et prostituée sont deux choses très différentes. Concubine : elle vit au palais comme une princesse et partage uniquement la couche du roi. Prostituée : elle vit en maison close et s'offre à différents hommes contre de l'argent. Laquelle est-elle, exactement ? Tu parles de maison close mais tu la nommes concubine, donc je me pose la question.
Sinon, le reste me va. Il y a des fautes par-ci par-là mais ce n'est pas méchant, et le personnage me plaît.

_________________
"La montagne et l'eau finiront par se rencontrer."
Proverbe chinois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jadekingdoms.forumactif.org
Yīng Feng
avatar


MessageSujet: Re: Yīng Feng   Jeu 24 Déc - 13:44

Acceptez mes excuses, j'ai utilisée "concubine" comme un synonyme de belle de nuit. Comment appel t-on les filles de joie en chine ? Dois je mettre prostituée en tant que profession ? Car sinon c'est bien d'une fille de joie dont il s'agit, disons de luxe mais non concubine. Elle vient juste d'entrer dans le métier il faut lui laisser un peu de temps. ^-^

Je suis désolée pour les fautes, je ferais de mon mieux. (Déjà si je fais pas mes rps à 1h du matin ca ira mieux je pense T.T)


Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lu Zaizhuan
Lu Zaizhuan
avatar


MessageSujet: Re: Yīng Feng   Jeu 24 Déc - 16:43

Je ne pense pas qu'il y ait de "nom" particulier pour les prostituées. En général, on parle de "belle de...". On dirait par exemple, une "Belle de Funan", mais c'est assez générique.
Quoi qu'il en soit, pas de problème : ça me convient.


_________________
"La montagne et l'eau finiront par se rencontrer."
Proverbe chinois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jadekingdoms.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Yīng Feng   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yīng Feng

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Où tout commence :: Etat Civil :: Héros reconnus-