AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]   Lun 11 Jan - 1:44

On aurait tendance à croire qu’avec la trêve, les routes de commerces sont moins risquées. Mais ce n’était nullement le cas ; bandits, brigands de grands chemins, eux, ils étaient toujours présents. Chaque cargaison se devait être protégée d’un royaume jusqu’à l’autre. En ce moment, une troupe de malfrats vagabondait dans Sizheng. Auteurs du vol de perle ? Ce n’était pas l’enquête de Liu Biu, même si, en tant que Premier Ministre, elle avait régulièrement des rapports des gardes du royaume.

Ces derniers jours, elle les avait passés sur le dos d’un cheval, en direction d’un endroit à un autre de Sizheng. Elle avait rendu visite à quelques petites habitations éloignées, s’assurant que tout se passait pour le mieux, et était aussi chargée de réceptionner de la marchandise, à la plaine de Jian. Beaucoup s’imaginaient que Liu Biu était une femme habituée au luxe, mais il n’en était rien. Enfin, si, elle y était habituée, mais s’adaptait très vite à son environnement. Les invitations des villageois qu’elle déclinait étaient flatteuses, mais au vu de ses gardes qui ne la quittaient pas d’une semelle, il aurait été impossible de tous les héberger. A chaque nuit, une tente était donc montée pour elle, et il y couchait. Elle ne jugeait pas cela vraiment utile, mais l’idée d’avoir un peu d’intimité -après tout elle était une femme entourée d’hommes- ne lui déplaisait pas. Elle préférait qu’on l’abrite parce qu’elle était une femme, plus que pour son titre de Premier Ministre. Si ç’eut été un homme à a place, aurait-il eu le même traitement, ou aurait-il dormi à la belle étoile, comme les autres ?

La prochaine journée, elle irait en direction des plaines de Jian. Assise près du feu, à l’extérieur de sa tente, elle réfléchissait tout en admirant les étoiles dans le ciel. Elle s’était souvent demandée comment il était possible que quelque chose d’aussi loin puisse refléter autant de lumière, et jusqu’où pouvait aller cette dite lumière. Une étoile filante traversa le ciel, et elle eut un sourire. Demain allait être une rude journée. Qui plus est, ils arriveraient dans l’après-midi et devront installer un petit campement, afin d’héberger aussi les voyageurs de Funan.

Lorsqu’elle fut réveillée, Liu Biu ne tarda pas à se préparer et à enfourcher son cheval. Les gardes, certains à pied et d’autres à cheval, l’escortèrent jusqu’au lieu dit du rendez-vous. La jeune femme avait rit aux blagues des soldats, avait participé aux conversations et leur avait appris deux trois petites choses, tout comme ils lui en avaient appris quelques unes. Le plus jeune des gardes, âgé seulement de seize ans, lui avait appris à pister quelques petits animaux lors d’une pause pour laisser les chevaux s’abreuver. Voyager, pour Liu Biu, était signe de liberté. Mais elle était tellement attachée à Sizheng que jamais elle ne pourrait quitter son territoire, quand bien même elle ne serait pas Premier Ministre.

Une fois le campement installé, on pu apercevoir au loin les soldats de Funan escortant le marchand qui venait. A peine furent-ils arrivés dans le camp que les soldats de Sizheng s’affairèrent à les libérer de leurs fardeaux tout en leur présentant le campement. C’était Liu Biu elle-même qui avait choisit cette escorte, pour leur côté jovial et bourru typique des hommes de guerre qui aiment la vie. Qui plus est, aucun d’eux n’était hostile envers Funan. Enfin, c’était ce qu’elle croyait.

L’homme qui était à la tête de l’escorte vint se présenter à elle, et elle le salua à son tour. Il était plus grand qu’elle, et possédait de longs cheveux d’une couleur particulière, qui lui rappelait celle du feu. Souriante, elle ne cacha pas son plaisir de rencontrer quelque un de Funan -en des circonstances qui n’avaient rien à voir avec celles de l’Opéra.

« Bonsoir, chevalier Xi Ming Yue. Je suis Yuan Liu Biu, le Premier Ministre de Sizheng. C’est un honneur et un plaisir de vous accueillir en notre royaume. »

Elle s’inclina respectueusement devant lui, puis entama une marche en direction de la charrette qui transportait la raison de toute cette effervescence. Elle s’arrêta près du cheval et lui caressa les naseaux.

« Le chemin jusqu’à Funan est long, vos hommes doivent être fatigués, ainsi que les chevaux. La nuit va bientôt tomber et du brouillard est prévu ; vous devriez rester ici pour cette nuit. Nous ferez-vous l’honneur de rester ? Mes hommes ont déjà préparé le campement et ont chassé durant le trajet. Vous aurez de quoi manger et dormir. »

Se retournant vers Ming Yue, elle attendit sa réponse, tandis que le cheval sembla souffler de mécontentement lorsqu’elle eut arrêté ses caresses. Il y avait, dans le regard de ce chevalier, quelque chose de mystérieux et d’intriguant. Liu Biu ne dévisageait pas les gens. Son regard restait au grand maximum cinq secondes sur quelqu’un, avant de dériver vers autre chose, pour ensuite revenir vers la personne. Pour elle, fixer quelqu’un trop longtemps revenait à le provoquer, ce qu’elle ne voulait nullement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]   Ven 15 Jan - 15:36

L’approbation du Chevalier la fit sourire, et elle inclina légèrement la tête, signe de remerciement. Il était amusant, pour un gens du peuple, de voir le nombre de fois que les hauts gradés leur interlocuteur, comme si leur parole pouvaient être des offenses et qu’ils désiraient éviter à tout prix un quelconque conflit. Pour Liu Biu, c’était différent ; elle remerciait les gens qui acceptaient et reconnaissaient. Les autres, elle ne le faisait que par politesse. La jeune femme tourna son visage vers les hommes, qui commençaient les présentations entre eux. Elle se délectait de voir ces soldats d’horizons différents s’entendre aussi bien. Rassurée, elle regarda à nouveau Ming Yue et déclara :

« Très bien. Je vous revois ce soir pour le repas, j’ai encore quelques travaux à finir. »

Personne ne savait vraiment en quoi consistait le travail d’un Premier Ministre tant que l’on n’avait pas travaillé avec, ou qu’on ne l’était pas, tout simplement. Alors pour éviter tout questionnement, Liu Biu poursuivit, dans un sourire :

« Même en voyage, le Premier Ministre ne quitte jamais sa paperasse. Il faut aimer la lecture… »

Puis, elle inclina à nouveau la tête, et tourna les talons, en direction de sa tente. Elle disparut dedans, avec un garde devant l’entrée, et n’en sortit plus jusqu’au lever de la lune. La demoiselle avait épluché une bonne liasse de papiers, consciente que ses marches à cheval la ralentissaient dans son travail et qu’elle se devait donc de rattraper le temps perdu. Plume à la main, encrier à proximité, Liu Biu écrivait, raturait, soulignait, avec une expression de sérénité qui camouflait son sérieux et la réflexion intense qu’elle menait pour ne pas sombrer dans la fatigue. Depuis les rumeurs, elle redoublait d’efforts ; elle ne devait laisser aucun élément traîner, au quel cas on pourrait s’en servir contre elle. Dans son comportement, rien ne changeait ; mais dans son rythme de travail, on pouvait voir qu’elle voulait faire le maximum, au cas où il arriverait quelque chose. Et malgré tout ce qu’elle pouvait dire, ces rumeurs la rongeaient beaucoup. Qui pouvait lui en vouloir ? Qu’avait-elle fait ?

La nuit arrivait vite et la température ambiante chutait rapidement. Les soldats commençaient à sortir les couvertures lorsque Liu Biu vint s’installer près du feu de camp, enroulée dans un drap chaud. Regardant les flammes danser, elle soupira légèrement ; il ne faisait pas extrêmement froid mais l’humidité était cela dit bien présente. Silencieuse, elle réfléchissait au voyage de retour. Il leur faudrait deux jours pour revenir jusqu’à Sizheng. Une fois là-bas, elle confierait la cargaison à des gens plus appropriés qu’elle.

Son regard se posa sur son entourage. Les soldats s’entendaient plutôt bien dans l’ensemble. On sentait une toute petite méfiance de la part de ceux de Sizheng, probablement due à la présence de leur Premier Ministre. Elle était une excellente cible. Mais Liu Biu s’était dit qu’une escorte plus importante aurait mis les soldats de Funan mal à l’aise ; ils se seraient peut-être sentis menacés. Entendant des éclats de rire, elle sourit. Ils étaient tous pareils, en fait. Dévêtus, on ne les différenciait pas. La seule chose qui permettait de les reconnaître, c’était leur allégeance.

Liu Biu sentit du mouvement à ses côtés ; le chevalier aux cheveux de feux était venu s’asseoir non loin d’elle, lui portant même de quoi manger. Il lui tendit le plat, qu’elle prit volontiers en lui murmurant un remerciement. Alors qu’elle mangeait, le Premier Ministre tourna son regard en direction des chevaux, dociles. Ils semblaient apaisés, et apportaient un peu de réconfort ; leur forte présence soulageait quelques soldats qui restaient près d’eux. Puis Liu Biu reporta a nouveau son regard sur Ming Yue ;

« Tout le monde s’entend bien, c’est une bonne chose. Le repas vous a-t-il plu ? Ce n’est certes pas de la grande cuisine, mais Jishuan est plutôt doué. »

Son sourire était encore présent. Le sourire de Liu Biu était probablement la chose la plus facile à retenir chez elle, ainsi que sa douceur.
Ses yeux bleus voyaient très clairement ceux du chevalier, dans lesquels se reflétaient les flammes. Chez cet homme, tout était particulier. Son physique même était singulier ; ses cheveux rouges apportaient réconfort et chaleur, quand son regard froid semblait vous envelopper d’une brise fraîche ou vous transpercer de glace, lorsqu’il fronçait les sourcils. Dans ces yeux, un nuage de brume argentée semblait cacher ses pensées, et cela intriguait Liu Biu, qui demeurait perplexe. Pourquoi avait-elle l’impression que cet homme était entouré de secrets, de mystères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]   Dim 7 Fév - 15:58

La question du Chevalier arracha un sourire amusé à la jeune femme, qui détourna son regard en direction du feu devant elle. Malgré la fraîcheur de la nuit, Liu Biu n’avait pas froid. Les simples tissus qui la protégeaient étaient d’une douceur et d’une chaleur incomparable. A cause de ses épaules nues, on aurait pu s’imaginer qu’elle aurait froid ; mais la morsure glacée d’un début de printemps ne la dérangeait pas comme pouvait le faire une caresse du soleil. Oui la jeune femme n’avait pas vraiment les chaleurs intenses et encore moins les coups de soleil ; être d’une horrible couleur écrevisse ne la faisait pas sourire.

« La lecture est d’une incroyable diversité ; les mots peuvent autant nous faire rire que nous faire pleurer, et parfois même, ils nous énervent. Ce sont les retranscriptions écrites des sentiments de leur auteur. »

Sans que son sourire ne s’efface, elle tendit les mains vers le feu, pour se réchauffer un peu les doigts. Les soldats de Funan pouvaient trouver cela étrange, d’une Ministre s’accorde le loisir de discuter avec des soldats venus d’un autre royaume, mais aux yeux des soldats de Sizheng, c’était d’une banalité telle qu’ils ne faisaient que très peu attention à eux. Liu Biu avait l’habitude de se montrer ouverte et bavarde avec les gens, quels qu’ils soient.

« Vous arrive-t-il de lire, Chevalier Xi Ming Yue ? Entre deux missions, ou avant une nuit de sommeil ? »

Elle reposa son regard sur lui. Elle ignorait tout du monde de la chevalerie, en fait. Elle savait manier les armes oui, mais n’avait jamais mis les pieds avec les autres guerriers de Sizheng. Elle était toujours restée dans le domaine de la politique et la stratégie, ne voyant les soldats que pour leur transmettre des ordres de missions, les soigner ou les briefer sur une stratégie. Elle savait que les règles étaient strictes, et que la discussion n’était pas toujours possible. Mais elle se demandait si, en dehors de cette apparence d’hommes et femmes forts, certains étaient aussi des érudits. Ces derniers étaient-ils réservés au domaine de la politique ? Un général pouvait cependant intervenir auprès des politiciens ; en était-il de même pour les chevaliers ? Le regard curieux, elle attendait sa réponse, prête à poser d’autres questions à son sujet. Il ne s’agissait pas là de collecter un maximum d’information, mais d’une véritable curiosité, limite enfantine.
Pourtant, elle se taisait les trois quarts du temps. Elle ne posait nulle question et se réfugiait dans la lecture afin de trouver elle-même les réponses qu’elle désire. Mais le Chevalier l’intriguait et semblait aussi curieux, peut-être pas sur les mêmes choses, mais probablement la discussion serait-elle beaucoup plus instructrice si chacun acceptait de répondre aux questions de l’autre.

Le regard de Liu Biu glissa quelque peu sur le bras de Xi Ming Yue, avant de s’arrêter sur sa main. Elle était large, et on devinait qu’il devait avoir une poigne de fer. Des mains à la peau rugueuse mais chaude ; est-ce que ces mains avaient eu l’occasion de prouver qu’elles pouvaient être une source de douceur ? Celles de Liu Biu avait déjà démontrée que malgré leur frêle apparence, elles étaient capable de soulever des armes et de les utiliser.

Quelques soldats montraient des signes de fatigue. Certains commencèrent à se préparer pour se coucher, retirant leurs armures et déposant leurs armes à côté de leur couche. Ils ne tardèrent pas à s’asseoir afin de discuter, toujours avec autant d’entrain, mais chacun sentait que quelque chose clochait dans ce décor un peu trop parfait. L’un des soldats de Sizheng restait un peu en retrait et n’appréciait pas quelques blagues de ceux de Funan. Saurait-il se taire jusqu’au lendemain ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]   Lun 8 Mar - 16:40

Spoiler:
 

Ainsi donc, Ming Yue n'était pas de ceux que la lecture passionnaient. Dans le fond, elle n'y faisait pas attention, mais elle savait que ses centres d'intérêts étaient ailleurs. Ce garçon, bien que calme, lui paraissait bien plus sauvage qu'il n'en avait l'air. La jeune femme l'observa du coin de l'oeil. Elle se demandait aussi ce qu'il pouvait bien penser de lui-même ; était-il de ceux qui trouvaient la lecture inutile ? Le regard du chevalier se posa sur les soldats, plus loin, mais le ministre ne le quitta pas des yeux. Elle l'observait sans vraiment se faire remarquer, gardant tout de même un minimum de discrétion et de tenue, bien que sa curiosité soit piquée à vif.
A sa remarque, Liu Biu sortit de ses songes et tourna son visage à son tour, observant ses soldats avec une expression aussi froide que celle d'une femme qui ne pardonnerait pas le moindre faux pas. Effectivement, l'un des jeunes soldats de Sizheng faisait la moue et rechignait à parler avec les autres. Il ne cachait pas son mécontentement et on sentait parfaitement son envie de balancer des remarques acerbes et des injures. Ne pipant mot, elle se contenta d'observer et juger le soldat, évaluant rapidement s'il saurait se tenir ou s'il était prêt à exploser. Sur un ton calme, presque en murmurant, elle souffla à Ming Yue :

« Il s'agit de Ci, c'est l'une de nos plus jeunes recrues. Son père a été tué sur le champ de bataille quand il n'était encore qu'un enfant, il doit probablement y repenser. »

Calmement, elle se leva et épousseta brièvement ses vêtements.

« Je vais aller lui parler, avant qu'il ne commette un acte que personne ne veut voir se produire. »

Laissant le chevalier seul face au feu, elle se dirigea vers le groupement d'hommes, et fut d'ailleurs accueillie par des exclamations de surprise telles que « Ministre Yuan Liu Biu ! Que nous vaut l'honneur de votre présence ? », auxquelles elle ne répondit que par un sourire, avant d'interpeller le jeune homme, qui la suivit sans se faire prier. S'isolant légèrement, elle lui posa tout d'abord une question, à laquelle il ne répondit pas, fuyant simplement du regard son Ministre. Mais Liu Biu pouvait se montrer plus têtue que lui ; aussi elle reprit la parole, et enfin, leurs regards se croisèrent. L'échange dura quelques minutes, durant lesquelles le garçon parla beaucoup, se confiant. Sa colère sembla se dissiper, peu à peu, tandis que la jeune femme ne cessait de lui sourire. Voyant qu'il se triturait les mains, gêné de causer des inquiétudes à son Ministre, Liu Biu posa une main sur les siennes, lui demandant de se calmer. En l'espace de quelques minutes, il avait pu lui dire ce qui le pesait, puis s'en alla, probablement pour aller se coucher, sans attendre les autres.

Liu Biu ne tarda pas à revenir vers Ming Yue. Sans se rasseoir, elle se trouvait de l'autre côté du feu, et survola du regard le coin où les hommes se trouvaient. Aucun ne semblait s'inquiéter de l'absence d'un de leur cadet, et ils continuaient à bavarder tranquillement. Lâchant un bref soupir, le Ministre réorienta son regard sur le chevalier et lui offrit un sourire rassurant.

« Il est parti dormir. Le problème est réglé. »

Il commençait à se faire tard. Il leur faudrait se reposer d’ici peu, afin de ne pas être trop fatigué le lendemain. Une rude journée attendait les deux groupes, et il leur faudrait affronter la fraîcheur matinale des plaines de Sizheng. Levant son visage, elle contempla brièvement les étoiles ; le ciel était dégagé ce soir.

« Je pense que nous devrions aller dormir, d‘ici peu. Nous ne dormirons pas beaucoup cette nuit, afin de ne pas perdre de temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La plus belle des étoiles n'est pas dans le ciel [Liu Biu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Territoires :: Plaines de Sizheng :: Plaine Jian-