AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une fugue pour un ami... [Qing Yi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feng Jia
avatar


MessageSujet: Une fugue pour un ami... [Qing Yi]   Mar 9 Mar - 19:54

    La jeune fille avait la fâcheuse habitude de se lever avant même le lever du soleil. Et dans un aussi grand Palais, cela voulait dire, s'ennuyer à mourir jusqu'à ce que les matrones chargées de l'éduquer dans sa charge veuillent bien se lever.
    Mais qu'avait-elle à espérer de vieilles femmes de trente ans...

    Pourtant, cette situation qui d'habitude la contrariait fortement chaque matin, la servait bien au contraire aujourd'hui. Elle put tranquillement mettre sur pied son plan de bataille... Quitter le Palais, et cela sans provoquer un scandale...

    Elle s'était mise en boule dans son lit... tel un petit chat agonisant. Et quand les trois Dames chargées de son éducation se présentèrent, elles durent admettre devant la demoiselle pliée en deux de douleur que cette dernière offrirait un spectacle bien lamentable dans les couloirs du Palais. Et que leurs réputations en sortiraient grandement entachées...
    Après avoir déposé un vague bouillon pour calmer les douleurs, les Dames s'éclipsèrent...

    La jeune fille ouvrit un œil puis l'autre... Ces dames si bien éduquées l'auraient laissée agoniser si elle avait été réellement malade... Puis elle haussa. Elle s'occuperait de se venger de leur égoïsme un autre jour...

    Elle souleva son matelas d'un geste brutal et très peu féminin. Elle avait soigneusement plié une jolie robe blanche et bleu ciel. Elle s'en vêtit tout en se disant que se serait un miracle de ne pas la salir. Elle avait prit soin de mettre un pantalon dessous... Ainsi elle ne perdrait toute dignité quand elle devrait retrousser sa robe pour courir plus vite que ces gros lourdauds de gardes quand elle sortirait et reviendrait...
    Car il n'y avait aucun doute... Ce palais était une véritable passoire pour quelqu'un d'un peu rusé...

    -------------------------------------------------------------------

    Feng Jia marchait de sa manière désinvolte le long des rues populeuses. Et tout en serpentant entre promeneurs et marchands, elle se dit qu'elle aurait du prendre une ombrelle... Pas pour se protéger du soleil... mais plus tôt pour l'écraser sur la tête de certains insolents...

    Son esprit voguait vers la cause de sa fugue. Un rendez-vous... certainement pas d'amoureux... Elle aurait cassé le nez de l'inconscient qui l'aurait suggéré... Elle préfèrait penser qu'il pouvait s'agir d'une histoire d'amitié... Puis passant devant les étals d'un marchand, elle se dit qu'on se devait d'offrir un cadeau à son ami.
    Le marchand avait exposé sur une corde tendue, une série de colliers parfumés.

    C'était la dernière folie à la mode chez les coquettes...

    Son regard fut "accroché" par un collier se balançant dans la brise. C'était une enfilade de perles nacrées mettant en valeur une petite boule faite de files d'argent et protégeant une pierre poreuse faite pour restituer les quelques gouttes de parfum que l'on y aurait versé.

    "Une jeune Dame voulant plaire...?"

    Feng Jia leva les yeux vers le marchand âge coincé derrière son étal. Sa coiffe enturbannée annonçait qu'il venait des pays du sud... Elle haussa les épaules.

    Il s'agit d'un cadeau... pour une amie.

    Elle réalisait qu'une femme aimait les cadeaux futiles. Et son ami si unique, était bien une "femme" pour cela...

    Combien pour ce collier...?

    Le marchand se gratta le crane à travers son turban.

    "10 mesures de poudre de jade."

    La jeune fille éclata de rire.

    Vous voulez que mon père me batte pour mettre faite voler...


    Elle soupira

    2 mesures

    Le marchand semblait prêt à se noyer de désespoir...

    "Je fais ça et je n'ai plus qu'à vendre mes enfants...!!!!"

    La jeune fille haussa les épaules... signe d'une totale indifférence au sort de ces "enfants" fortement supposés...

    2 mesures et demi... et je suis aimable...

    Le marchand prit sa tête entre les mains... vaincu...

    ----------------------------------------------------------

    Feng Jia fit glisser la porte de la Maison de Thé... Elle vit le regard suspicieux de la tenancière. Feng Jia devait sans doute donner une image de vierge en quête d'aventures. La jeune fille entra dans la place avec son habituel détachement.

    "Tu devrais quitter ce lieu petite fille"

    "La petite fille" en question vint se planter devant la tenancière.

    Vous irez alors expliquer à notre très aimée Qing Yi que vous avez chassé son invitée...

    La vieille femme tout en grognant, lui ouvrit le chemin vers les alcôves privées... et tira une tenture pour laisser passer la demoiselle. Elle y entra comme elle le faisait partout... comme si le lieu lui appartenait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une fugue pour un ami... [Qing Yi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Capitale de Sizheng :: Ville de Sizheng :: Autres lieux-