AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pang Shao, le maître artificier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pang Shao
avatar


MessageSujet: Pang Shao, le maître artificier   Dim 6 Mar - 23:04

.Identité


♦ Nom : Pang
♦ Prénom : Shao
♦ Surnom : A-man ("le petit malin")
♦ Âge : 37 ans
♦ Préférence sexuelle : hétérosexuel
♦ Royaume d’allégeance : Sans

♦ Profession: maître pyrotechnicien, fabricant de feux d'artifices

.En détail

♦ Description physique : Pang Shao est un petit homme d'un mètre soixante-douze, à la silhouette un peu rondouillarde en raison d'une faible activité physique. Son visage, s'il reste assez anodin, affiche un port majestueux digne des princes et présente des yeux d'un marron intense ainsi q'une petite barbiche taillée à la mode du Tongshin, petit royaume aux bordures du Funan. Il porte traditionnellement un costume jaune simple, orné des symboles de sa confrérie d'artificiers ainsi qu'un bonnet de la même couleur pour protéger ses cheveux des différentes composantes volatiles rentrant dans le processus de fabrication de feux d'artifices. Pang Shao n'arbore aucune arme sur lui par un mépris affiché pour le corps-à-corps mais dissimule une dague effilée dans sa manche au cas où la situation l'exigerait. Il est à noter que Pang Shao a perdu un doigt, l'auriculaire gauche, au cours d'une manipulation ratée lors de sa formation visant à créer une fusée "Fleur de Feu", ceci ne constitue toutefois pas un handicap majeur au quotidien. Devant cette infirmité ainsi qu'à des fins commerciales (un membre perdu signifie dans la Confrérie quelqu'un dont la concentration ou la précision laissent à désirer), le jeune homme s'est fait fabriquer une convaincante prothèse en ivoire jauni qui reste cependant rigide et trahit de temps à autre la perte de son membre. Mis à part celà, Pang Shao est également ambidextre, avantage indéniable dans ses compositions qui lui permet d'allier célérité et précision pour des réalisations de qualité. Il est à remarquer que le maître artificier a conservé quelques manières de la noblesse du Tongshin comme le déplacement lent et calculé ainsi que l'usage d'un éventail comme object purement décoratif dans les cérémonies auquelles il fournit le matériel de divertissement.

♦ Description psychologique : Pang Shao est le modèle parfait de l'obstination. La Confrérie des Artificiers de Tongshin lui a inculqué la patience en vertu primaire et la satisfaction du travail bien fait, ce qui justifie son attitude parfois bornée qui peut confiner à de l'entêtement inutile voire carrément dangereux dans certaines situations. A-man n'abandonnera jamais un travail en cours de réalisation et n'aura de cesse de défaire pour recommencer avec pour seul objectif la perfection de l'art. Tout ceci cache en réalité un profond sentiment d'infériorité : l'artificier s'effacera toujours devant une personnalité plus imposante que la sienne et en reconnaîtra facilement la supérioté, quelquefois même le droit de commander. En parallèle, Pang Shao est généralement avenant envers les gens qu'il ne connait pas et d'une loyauté à toute épreuve envers ses amis doublé d'un grand coeur. Esprit aimant les plaisirs terrestres simples, il s'adonne à la culture de tous les pays traversés pour ne pas faire pâle figure en société et fait montre de quelques menus talents littéraires. Le rêve secret de Pang Shao est d'être reconnu comme le meilleur artificier qui soit dans les Royaumes de Jade malgré sa jeunesse et son manque d'expérience qu'il cherche en toute situation à palier. La position qu'il adopte vis-à-vis de la violence est relativement ambigüe : si la violence corporelle le rebute entièrement, il sera curieux de tester l'effet de ses nouveaux feux d'artifices au combat sans pensée autre que la science.

♦ Histoire : Pang Shao est né à Chishui, capitale du Tongshin, au sein d'une famille de la petite noblesse locale. Son père, Pang Zhushen était fonctionnaire dans l'administration royale en charge du yamen du quartier ouest et sa mère, Sun Kin, qui avait par le passé travaillé comme dame de compagnie à la cour avant de tomber en disgrâce aux yeux de la reine, tenait à ce jour la maison familiale. Troisième enfant d'une fratrie de cinq, Pang Shao était né sous les plus mauvais auspices qui soient : le ciel était zébré d'éclairs au moment même de sa naissance tandis qu'un lugubre coassement de corbeaux accompagnait les cris du nouveau-né. Peu croyants, ses parents ne relevèrent pas les présages funestes et se réjouirent de l'arrivée du bébé ; élevé selon les valeurs traditionnelles de la noblesse de fonctionnaires, il a passé une bonne partie de son enfance aux alentours du yamen sous le regard chaleureux de son père.
Toutefois, le conte de fée ne dura pas. Sur la dixième année de Pang Shao, Sun Kin fut atteint d'une maladie respitoire chronique qui l'empêcha d'abord de prendre soin de ses enfants puis l'emporta en trois ans. Pang Zhushen, en raison des bons et loyaux services rendu à la cour en vertu d'une administration efficace, obtint le droit de se remarier après le deuil d'un an : le cauchemar commença pour la famille Pang car la nouvelle femme, Tian Shi, fut le démon incarné malgré une beauté sans égale. De vingt ans plus jeune que Pang Zhushen, elle était évidamment attirée par les hommes plus jeunes et jeta son dévolu sur le fils aîné, Pang Yu, solide gaillard de vingt ans avec une belle carrière dans l'armée de Tongshin. La relation fut cachée pendant neuf mois avant d'éclater au grand jour suite à sa découverte accidentelle par Pang Shao. L'opprobre tomba immédiatement sur la famille : la femme incestueuse (car avoir des relations sexuelles avec son beau-fils était considéré comme un inceste au Tongshin) fut placée immédiatement à la Maison des Fleurs (maison close, car la loi interdisait de mettre à mort les femmes au Tongshin), le fils aîné fut condamné à mort par décapitation en égard à ses origines nobles et Pang Zhushen fut démis de ses fonctions au yamen.
L'ancien fonctionnaire ne se remit pas du déshonneur et de la déchéance et, après une brève période d'alcoolisme, mit fin à ses jours en s'ouvrant la gorge. Privé de leur père, les quatre enfants survivants furent placé chez un oncle, Sun Ju, qui les éleva comme ses propres enfants. Le plus vieux des enfants, Pang Kun, fut envoyé au monastère pour apprendre les écritures sacrées et devenir moine, les deux plus jeunes, Pang Hun et Pang Qi restèrent à la maison de l'oncle Sun pour apprendre à gérer une auberge. Le sort qui fut réservé à Pang Shao vint du destin : alors qu'il devait partir pour se former au commerce de la soie, la rencontre de Sun Ju avec l'un de ses vieux amis changea la donne. Pang Shao partit avec cet homme, Qin Di, pour apprendre la maîtrise de la pyrotechnie au sein de la Conférie des Artificiers du Tongshin.
La nouvelle vie ne fut initialement pas du goût du jeune garçon : la patience n'étant pas sa première qualité, il se montrait insolent avec les vieux Maîtres, tirait au flanc à chaque occasion et se montrait hardi auprès des femmes de l'école de blanchisserie voisine. Maintes fois, il reçu des corrections en conséquence, en raison de ses mains abimées par les coups de bâtons, il commettait bourde sur bourde lors des préparations de feux d'artifices jusqu'à l'accident qui devait lui coûter un doigt. Ceci, en même temps qu'un terrible châtiment fut une véritable révélation, Pang Shao se mit à travailler et changea du tout au tout. La transformation fut si radicale que les Maîtres crurent qu'il était possédé par quelques démons et firent venir à plusieurs reprises des exorcistes du temple voisin dont son propre frère. Pour masquer la perte de son auriculaire qui aurait pu lui coûter sa réussite, il se fit fabriquer par un artisan inconnu une prothèse en ivoire jaunie qui faisait tout à fait illusion. Notre apprenti-artificier s'investit tant et si bien qu'il pu prétendre au titre de compagnon à sa vingt-et-unième année : il s'acquit progressivement une petite réputation qui, si elle n'égalait pas les grands maîtres et compagnons plus avancés, lui faisait réaliser les feux d'artifices des fêtes de la petite noblesse locale.
Les années passèrent et Pang Shao du entrependre son tour de compagnonnage pour prétendre au rang de maître, il se mit en route à sa trentième année tout en acceptant ici et là quelques commandes pour subsister. La visite des différents ateliers d'artificiers fût rapidement réalisée et chacun le valida dans ses acquis. C'est en arrivant prêt de Dinghuan, ville militaire, qu'il découvrit que les fusées avaient des usages guerriers. Intrigué, Pang Shao se forma auprès des maîtres locaux sur l'art des fusées de guerre et en acquit en cinq ans les subtilités.
Depuis sa trente-cinquième année, Pang Shao voyage en offrant ses services de maître-artificier civil et militaire à qui en a besoin et peut le payer.

♦ A savoir :
- Pang Shao est ambidextre, ce qui aide à composer rapidement des mixtures pour fabriquer des fusées et feux d'artifices. Toutefois, la perte de son auriculaire gauche (remplacé par la prothèse d'ivoire) ralentit un peu la travail et explique une maladresse occasionnelle dans les mouvements mais qui n'altère pas les réalisations.
- Il a acquit un savoir imposant mais qui n'est pas du niveau des grands maîtres ; il suivra qui pourra lui démontrer qu'il en sait plus que lui.
- Pang Shao peut être sujet à des accès de colère insoupçonnés lors d'échecs à répétitions ou de situations apparemment sans solutions. C'est un passage qui peut s'avérer nécessaire avant sa réussite.
- Le maître artificier cache dans ses manches des boules de verres remplies de substances explosives qui lui permettent de se défendre, il dispose également d'une dague au cas où.
- Il se murmure que Pang Shao étudierai un nouveau type d'arme à poudre mais que les résultats ne seraient pas convaincants.

.Divers

♦ Avez-vous lu le règlement ? : Code validé par Qing Yi

♦ Commentaires divers : Rien de spécial à formuler.


Dernière édition par Pang Shao le Mar 15 Mar - 19:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leng Bing Xuan
avatar


MessageSujet: Re: Pang Shao, le maître artificier   Lun 7 Mar - 18:09

Bienvenue à vous Pang Shao !

Je ne suis ni modératrice, ni administratrice, ni en rapport avec le staff ^^"

Mais je vous informe tout de même que votre validation risque de prendre un certain temps, en effet le forum semble assez désert depuis un certain temps et si mes souvenirs sont exactes (ce qui m'étonnerais en ce moment ^^') un autre forum à ouvert s'inspirant de celui-ci, je pense que vous le trouverez sur le forum.

En espérant vous avoir aider
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seiyaku20.deviantart.com/
Pang Shao
avatar


MessageSujet: Re: Pang Shao, le maître artificier   Lun 7 Mar - 20:59

Salutations Leng Bing Xuan !

Tout d'abord merci pour votre accueil.

J'ai en effet hier constaté après inscription et rédaction de ce topic sur ce forum qu'il était en partie déserté, ce qui es triste car j'y trouvais une histoire et un contexte qui m'inspiraient vraiment.
Je ne perds toutefois pas espoir d'un retour des modérateurs/administrateurs Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pang Shao
avatar


MessageSujet: Re: Pang Shao, le maître artificier   Mar 15 Mar - 14:34

Bonjour Qing Yi,

Je m'empresse d'apporter les modifications nécessaires au profil !
Je rencontre toutefois un léger problème avec l'avatar, car l'ayant trouvé sur le forum à la rubrique Avatar, je ne peux trouver d'URL !

Merci d'avoir pris ma candidature ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pang Shao
avatar


MessageSujet: Re: Pang Shao, le maître artificier   Mar 15 Mar - 19:39

Tout a été modifié (effectivement la réponse était pernicieusement cachée Smile ) et la photo est désormais à la bonne taille (quel site magique !)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pang Shao, le maître artificier   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pang Shao, le maître artificier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Où tout commence :: Etat Civil :: Héros reconnus-