AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Carpe et autre beautée des eaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: Carpe et autre beautée des eaux   Ven 16 Oct - 14:30

Le chant du rossignol était doux à l’ouïe, apaisant et chaleureux. Ce petit oiseau, à la carrure si petite, était adoré par bien des hommes et des femmes, grâce à son chant mélodieux, qui, jadis, inspira bien des artistes. Faisant frémir ses plumes afin d’en dégager les gouttes d’eau, il lâcha quelques petites notes, avant de sautiller sur sa branche, se rapprochant encore de la fenêtre d’où s’échappait une voix, fredonnant un air tout fraîchement composé. Le mouvement des tissus bleus et verts que le petit oiseau pouvait contempler lui apparaissaient comme des vagues de coton, à la fois douces et duveteuses. Alors, le rossignol sautilla encore un peu, puis déploya ses ailes et vint se poser sur le bord de la fenêtre, afin de mieux voir ce qu’il y avait derrière.

Une jeune femme, probablement la vingtaine, dansait. Elle tournoyait sur elle-même, filant au gré du léger courant d’air dans sa chambre. Le son de sa voix résonnait dans la pièce comme un magnifique chant appelant le calme et la détente ; cette femme était à elle seule une œuvre d’art toute entière. Et cette œuvre d’art, c’était le Premier Ministre de Sizheng. Quand le rossignol entendit que le chant touchait à sa fin, il l’appela ; Yuan Liu Biu se retourna, surprise, puis laissa un beau sourire étirer ses fines lèvres. Elle s’approcha du petit oiseau, qui ne semblait ressentir aucune crainte à son égard, et tendit la main. Le rossignol ne se fit pas attendre et s’envola sur la main qu’elle lui présentait, et après quelques caresses sur le dessus de la tête, l’animal se retira, dans un bruissement d’ailes. Il reviendrait.

Le départ du petit être rendit Liu Biu quelque peu mélancolique et pensive. Dans ces cas-là, un petit détour en direction de l’aquarium du château s’imposait. Saisissant son châle en même temps qu’elle ouvrait la porte, la dame se pressait pour s’y rendre. Elle ne voulait surtout pas qu’on l’arrête pour lui parler du travail alors qu’elle n’avait pas la tête à ça. L’inquiétude la rongeait un peu, depuis quelques jours, et elle craignait que les complot aboutissent à une fin de la trêve. Elle savait que c’était ce qui dérangeait bien du monde. Pourtant, au de-là de cette histoire de trêve, elle se doutait qu’il y avait encore quelque chose d’autre.

Une fois qu’elle eût mis le pied dehors, en contact avec les galets -car oui, elle était pieds nus-, son inquiétude se dissipa légèrement. Elle entama quelques pas, d’une démarche lente, comme si elle savourait la chaleur que les pierres avaient emmagasinées. Les yeux fermés, le visage levé vers le soleil, elle frissonna de plaisir. Qu’il était bon de pouvoir respirer cet air frais ! Après une petite dizaine de secondes où elle demeura immobile, ses jambes se remirent en marche et elle se promena entre divers statues et bassins, saluant d’un sourire tous ceux qu’elle croisait. Peu à peu, elle faisait le vide dans son esprit et sentait la force la regagner. Mais alors qu’elle s’apprêtait à repartir, un être, à la tenue pour le moins inhabituelle en ce lieu, attira son attention. Que faisait-il ?

S’approchant à petit pas, avec une très grande discrétion, elle observa cet étranger effectuer des gestes de la main assez particuliers. Seulement ces gestes, elle les avait déjà vus auparavant, et cette étrange sensation que le bassin devant lui s’agitait était à deux doigts de lui faire réaliser qu’elle avait devant elle une personne faisant usage de la magie. Posant ses mains sur ses genoux, laissant ses cheveux couler à sa droite, Liu Biu l’observait attentivement. Elle remarqua alors, dans l’eau, un poisson qui ne se comportait pas de façon habituelle. Là, ce fut le déclic ; Liu Biu compris qu’il s’agissait là de magie. Depuis la trêve, elle n’avait pas vu une seule fois quelqu’un s’en servir. La jeune femme observa la couleur des vêtements de cet étranger, mais ne se pose guère plus de questions. Après tout, il y avait encore des femmes et quelques hommes vêtus de blanc à Sizheng, à cause de la guerre. Elle-même se comptait dedans, elle qui ne portait que des tenues très claires. C’est après quelques secondes de réflexion que Liu Biu se décida à se rapprocher, curieuse. Sans trop le brusquer et surtout sans le surprendre, elle vint se poster à sa gauche, tout en laissant quelques mots s’échapper d’entre ses lèvres.

« Eh bien, Monsieur, il me semble que le poisson ne veuille pas sortir la tête de l’eau. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuan Liu Biu
avatar


MessageSujet: Re: Carpe et autre beautée des eaux   Mar 27 Oct - 15:16

Yuan Liu Biu n’avait pas pour habitude qu’on lui rétorque quoique ce soit, en réalité. Beaucoup de gens se contentaient d’approuver ses dires, même quand ils ne plaisaient pas. Elle n’avait pourtant rien d’effrayant, ne cherchait aucunement à imposer son opinion, et n’aimait pas déranger. On ne lui reprochait jamais rien, souriant à chacune de ses apparitions, s’inclinant respectueusement devant elle. A vrai dire, les deux-trois personnes qui ne l’aimaient vraiment pas au sein de la cour ne se privaient pas de lui faire comprendre ;et peut-être était-ce son calme olympien et ses paroles acerbes qui ont fait d’elle un Premier Ministre respecté et incontesté.
Le jeune inconnu s’inclina devant elle, et le sourire sur le visage de Liu Biu s’étira davantage ; il ne la regardait pas ? Il était bien l’un des premiers hommes à ne pas la fixer. Lorsqu’il releva la tête, les yeux clos, elle en fut légèrement surprise mais pas moins amusée.

« Je n’ai nul besoin d’en voir plus ! […] … Je ne pourrais point vous regarder sans vous salir de mes yeux ! »

Il y avait dans cette phrase un magnifique compliment, mais au de-là de cette flatterie, Liu Biu en était un peu gênée. Cela dit, elle ne répondit pas, se contentant d’observer le visage du jeune homme, totalement fermé. Il était encore bien jeune, et pourtant il paraissait plus mature ; peut-être cette expression de mélancolie et ses vêtements clairs y jouaient un rôle. A la fois sérieux et doux, quel étrange tableau.

« Veuillez bien m’excuser de vous avoir surprise lors de votre promenade ! »

Le silence qui suivit ces mots dura quelques secondes, le temps que Liu Biu réfléchisse un peu au sujet de cet inconnu. Elle n’avait pas le moindre souvenir de l’avoir déjà croisé dans Sizheng, pourtant elle s’y rendait régulièrement afin de s’assurer que tout allait bien. D’un autre côté, elle ne pouvait pas connaître tout le monde. Détournant le regard pour le poser sur l’eau en contrebas, elle continuait d’afficher ce sourire, qui traduisait son plaisir d’être en ce lieu et son bien-être. Malgré cela, on pouvait y lire une légère fatigue dans son regard, l’éclat de ses yeux ayant légèrement terni ; mais cela n’atteignait en rien sa beauté, qui demeurait toujours aussi éclatante.

« Ne vous excusez pas ; ma seule surprise fut votre geste répété de tout a l’heure. » dit-elle sur un ton amusé.

Elle aurait voulu lui demander d’ouvrir les yeux, de la regarder en lui parlant ; mais quelque part, le fait de savoir qu’on lui parlait sans la voir était rassurant. Elle ne rechignerait pas s’il se décidait à la fixer, cela dit. La main du Premier Ministre vint replacer une mèche de cheveux derrière ses oreilles, en même temps qu’elle observait les alentours. Après une rapide analyse de ses souvenirs, elle en vint à la conclusion que cet homme utilisait bien la magie. Une personne dotée de ces dons, et faisant parti du peuple de Sizheng, cela se saurait, au moins par rumeur. Mais elle n’en avait pas entendues depuis des mois… alors soit cela faisait longtemps qu’il était caché, soit il n’était pas de Sizheng même. Son regard se posa a nouveau sur l’homme, et, plus sérieusement, elle lui demanda :

« Il est plutôt rare de croiser une personne usant de magie quand elle ne fait pas partie de la cour royale. Qui êtes-vous ? »

Non, elle ne tournerait pas autour du pot. Peut-être serait-ce mal vu, mais en tant que Premier Ministre, elle possédait tous les registres où chaque personne possédant un quelconque pouvoir était noté. Il était donc, de son point de vu, totalement normal qu’elle lui demande de décliner son identité. Plus elle y songeait, moins ce visage lui parlait ; elle avait réellement la sensation d’être confronté à un parfait étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Carpe et autre beautée des eaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes de Jade :: Capitale de Sizheng :: Château :: Aquarium-